RECORD

Actuellement, la musique et la chorégraphie est signée par Zamfir Dejeu, docteur en folklore. L'instructeur de danse est l'ingénieur Andrei Sabau et parmi les musiciens on remarque les violonistes Dejeu Doru Zamfir, Doru Andrei Coman et Stefan Ioanovici - un vétéran de l'ensemble, l’accordéoniste Coman Alexandru, Ioan Cioban qui joue le taragot, et le contrebassiste Iacob Mazanec.
Les danseurs possèdent un répertoire constitué de plus de cinquante danses traditionnelles provenant de presque toutes les régions folkloriques du pays: « Valea Drăganului », « Valea Someşului », « Câmpia Transilvaniei », « Bihor », « Oaş », « Codru », « Podişul Secaşelor », « Tîrnave », « Făgăraş », « Banat », « Moldova », « Oltenia », « Maramureş », et les instrumentistes connaissent un grand nombre de chansons folkloriques roumaines. L'interprétation fidèle des danses traditionnelles roumaines et des chansons folkloriques provienne directement de la recherche entreprise par le coordonnateur de l'ensemble Zamfir Dejeu, chercheur scientifique à l'Institut "Les Archives de folklore de l'Académie roumaine" filiale du Cluj et confirme les caractéristiques traditionnelles de la création roumaine.
Les danses le plus complexes dansées par les danseurs appartiennent à la Plaine de Transylvanie (la localité Tritenii de Jos - le département de Cluj: « Purtata », « Fecioreasca cu fată », « Târnăveana », « Cioarsa », « Învârtita în două laturi » et « Hărţag », et la localité Farau du département d'Alba: « Haidăul », « De purtat de pe Mureş », « Datul fetei pe sub mână », « De ponturi cu fată », « Mureşană » et « Hategană ». On peut rencontrer ici les rythmes: binaire, syncopé et asymétrique, produisant une vraie polyrythmie sur la verticale et une polymétrie inattendue sur l'horizontale. Les danseurs dansent sur des chansons interprétées par le Trio classique de Transylvanie: violon, contrebasse et contraire, en dialoguant sur des sujets divers tels que la danse. Les moments de virtuosité consistent dans les danses des garçons. Les garçons sont en compétition entre eux, et à la fin, ils prennent leurs filles pour une danse qui enchante les spectateurs. Donc, une euphorie artistique est née. La chromatique impressionnante des costumes populaires portées pas les danseurs, imprimées avec toutes les couleurs de la terre, contribue à cette beauté chorégraphique.

 

This text will be replaced